Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 janvier 2013 2 01 /01 /janvier /2013 19:22

Ou "Petite Métaphore Triste de Jardin"…

en 10 ans

02 11 08 02Il était une fois, dans le grand jardin virtuel de la fin du siècle dernier, un petit coin de terre. Oh, juste un modeste petit bout de plate-bande, soigneusement préparé, tout bêché, tout neuf.

Rien qu’à le voir, on se disait : Attention ! Ne marchez pas dessus ! (ma plate-bande)

Par un beau jour de printemps s’y installèrent, un peu au hasard, quelques plantounes de bonne volonté.

01-04-07-014.jpgEffectivement au début, tout alla bien. Les  plus vaillantes s’installèrent, tout heureuses de ce nouvel espace qu’on leur offrait à plaisir !

La petite Plate-Bande s’animait, se gonflait de longues feuilles bien pleines et de fleurs lancées à profusion. Le terrain étant riche, frais mais bien drainé, tout y respirait la fécondité, la belle humeur, la liberté et la joie de vivre…

De petits papillons butinaient, d’industrieuses abeilles venaient parfois y vrombir de plaisir en voletant d’une fleur à l’autre. Chaque saison voyait naître de nouvelles couleurs éclatantes, inattendues, attendrissantes parfois. La bonne entente régnait parmi les résidents du petit éden virtuel, dans un sympathique fouillis plein de couleurs.

2001Et puis au fil du temps, arrivèrent quelques visiteurs.

Portées par le vent, quelques graines, bonnes ou mauvaises, commencèrent à germer ça et là entre les touffes déjà bien implantées.  Oh certes, la plate-bande s’animait encore plus, du coup ! Plus question de voir la terre nue, chaque jour apportait son lot de petites nouvelles, une fleurette par ci, une tige par là…Et la plate-bande foisonnait, foisonnait…

018Las, las, parmi les nouveaux arrivants, tout n’était pas que sucre ou miel…

Une ronce bien puissante, qu’on prit d’abord pour une rose, profita un jour de l’aubaine pour lancer sa longue racine si loin, si loin à l’intérieur de la terre que bien malin qui aurait pu en venir à bout ! Puis elle entreprit de pousser l’un après l’autre ceux de ses pauvres voisins qui avaient le malheur de se trouver sur son passage ou risquaient de lui faire de l’ombre. Beaucoup ne purent résister à ses piques empoisonnées.

013Un liseron insidieux, arrivé en sous-marin sans se faire repérer, entreprit d’étouffer dans ses serres tortueuses la moindre branche ou tige à sa portée, émaillant son entreprise d’étranglement de quelques jolies corolles mielleuses. Voulait-il se faire passer pour une capucine, par hasard? Ce n’était que pour mieux  camoufler ses velléités de conquête…Etranglées, d’autres encore disparurent à leur tour.

A son tour, une petite pousse de lierre terrestre (ou était-ce une « hortie » ?), chassée je crois d’une plate-bande voisine, y trouva refuge à son tour, s’enracinant à tour de vrille dans le moindre espace laissé libre, grimpant dans la moindre touffe pour lui cacher la lumière, l’empêchant de s’exprimer librement.

Mais que faisait le jardinier, cet insouciant ?

Oh, il était bien loin, le jardinier...d’abord, pour lui, ce n’était qu’un jardin de loisirs, ce petit  coin de terre…il n’avait guère le temps de s’en occuper ! Et puis, dans la mesure où tout poussait tout seul, qu’aurait-il été y mettre son nez?

Il eut bien tort, le jardinier lointain…A force de piques, de coups tordus, de crêpage de tiges, les trois mauvais compères finirent par gagner leur pari…bientôt ne resta plus qu’eux, dans la plate-bande dévastée.
2005Le jardinier, enfin averti, eut beau sévir, les chasser en un éclair, ce fut peine perdue…aucune des pionnières, malgré quelques tentatives, ne réussit jamais plus se sentir à l’aise dans la pauvre Plate-Bande délaissée,  éteinte, sa terre et sa source de vie épuisées par les luttes qui s’y étaient déroulées…

015.jpgBientôt n’y subsistèrent, en guise de décor, que quelques touffes de vieilles herbes folles parsemées de potentille rampante, pâle reflet de la splendeur passée. De temps à autres, solitaire, une rescapée naïve, venue voir si des fois la terre était redevenue propice, lançait une fleur unique…mais les abeilles fécondes avaient déserté la friche en deuil, plus le moindre pollen à se mettre sur l’étamine….et l’imprudente ne tardait pas à disparaître à son tour dans un silence consterné…

Lassé, le jardinier lointain abandonna le jardin à sa sauvagerie….

Ô miracle, un jardinier du petit-pays-d’à-côté, plus attentif, et même sûr de savoir mieux s’y prendre, amoureux de l’ordre et des plantes de bonne conduite, décida de prendre les choses en mains et d’y créer, cette fois, une Plate-Bande idéale, où règnerait la Beauté, l’Ordre et l’Harmonie. Ah mais.

23-04-08-073-copie-1.jpgPlus question de laisser-aller, cette fois, il sévirait si nécessaire.

Il invita d’abord les classiques, déjà bien connues du reste du jardin. Vous savez ? De cette vieille garde dont on se dit : « ce sont des solides, celles-là », « elles feront la structure »… « au moins avec elles, la plate-bande sera vivante tout au long de l’année »… Oh oui, le jardinier fut sévère ! Pas question de laisser pousser une feuille de travers !

Et de traquer la moindre adventice : celle jugée trop rustique, lançant ses graines comme autant de fautes d’orthographes à chaque passage, celle jugée trop piquante, ou trop bavarde-du-pollen, fut éliminée sans pitié,  pas question de laisser proliférer rien qui put ternir l’image bien proprette du petit coin de jardin.
Rassurées, quelques plantounes, bien qu’un peu échaudées par leur précédente mésaventure, se décidèrent à refaire un essai….De nouveau, au début, tout sembla bien parti….un petit coup de compost superficiel leur fit même croire que tout pouvait recommencer, dans un vrai petit paradis bien protégé et bien surveillé.

Et de recommencer à pousser…

2007Ah ouiche…mais…attention ! C’était trop beau…

Fut-ce par réaction ? Là, plus question de liberté.Du tout.Fini.

Et même, le Jardinier-en-chef s’adjoignit une Aide pleine de bonne volonté, décidée coûte que coûte à garder tout son petit monde à l’œil. Désherbage à gogo.

20-04-09-020.jpgAlignement par hauteur et par catégorie (et pas question de pousser ailleurs que dans celle prévue, hein !) et maîtrise de l’espace alloué à chacun.

Ce furent d’abord les « grandes » qui en firent les frais.

Quoi ? Oser pousser sa tête 10 cm plus haut que les autres ? Ah que nenni ! Couic ! Un petit coup de canif virtuel bien tranchant et bien placé, et hop ! Le tour est joué ! Tout le monde en rang, comme à la parade.

Une fleur de couleur un peu plus vive que les autres ? Rien à faire ! Pas question de contraste ! Pensez bien ! De la contradiction ? Insupportable ! Et re-couic !

021Juste une belle plate-bande uniforme, bien pensée et bien pensante, rien qui ne soit pas conforme aux attentes du Jardinier ou de son Aide, des couleurs bien propres et dans la ligne du parti-pris s’il vous plait !

Tout le monde au pli! Sinon, gare au coup de binette, à l’empêchement de pousser, voire à l’exclusion pure et simple.

Seulement…ils avaient oublié certains détails, le Jardinier et sa Bonne Aideuse…d’abord, les grandes plantes, à quelques exceptions près, elles ne supportent pas très bien qu’on leur ratiboise la tête régulièrement…
Du coup, elles furent les premières à déserter la Nouvelle Plate-Bande, pour s’en aller rejoindre, là,-haut, quelque part, un monde meilleur…ou supposé tel ! Pas besoin de les exclure ou de les empêcher de pousser, elles s’en sont allées toutes seules, sans faire de bruit…chacune son tour…

023Et puis,  la terre…il faut la nourrir, la terre, faute de quoi, finie l’opulence, adieu les belles touffes bien larges et les moissons de fleurs légères, le clin d’œil du soleil sur l’association inattendue qui vous fait pousser un « Ohhhh » de ravissement ….

La diversité, il n’y a que ça de vrai ! Sans elle qui, l’hiver, ramène à la terre ce qu’elle lui a emprunté, sans elle, les réserves s’épuisent, même si ça ne se voit pas au premier regard…

Petit à petit, ce fut à nouveau le déclin…les plantes restantes se rabougrirent, se flétrirent…bientôt ne restèrent que deux ou trois variétés, toutes les mêmes, pas une plus haute que l’autre…des bénies-oui-oui bien sages, certes, mais quel ennui ! Ce n’est plus une plate-bande, juste un petit coin de terre avec un ou deux couvre-sols peu appétissants...

Comment voulez-vous que ça intéresse une abeille, un vieux tapis mité, au ras des pâquerettes  et tout uni ?

Alors pour la deuxième fois, bien que pour des raisons complètement opposées, la Plate-Bande du jardin Virtuel reprit sa descente aux enfers…

2010

Elle est bien triste, mon histoire….mais il reste peut-être un espoir…

10-10-10-02.jpgJ’ai entendu dire que là-haut, dans le ciel virtuel au dessus du jardin, existait une constellation pleine de promesses…une nébuleuse lointaine où se seraient réfugiées, l’une après l’autre, quelques-unes des belles plantounes du jardin d’antan, lassées de cette terre, où, soit on vous laisse tout sternbergia-lutea-29-09-08.jpgpartir à vau-l’eau, soit  on vous en-régimente tout ce qui pousse, sans laisser la moindre chance à la liberté de pousser (de penser ?)….Ca, on ne les y reprendra plus…

Là haut, au moins, chacune y pousse à sa guise, en toute liberté, sans sécateur, sans mauvais larrons phagocyteurs, et sans gêner personne….

Au fait, vous ai-je dit comment s’appelait la fameuse Plate-Bande? Elle porte un drôle de nom, genre : « Jus-de-Canne-à-Sucre-Frelaté » !  :o)

Quant à la nébuleuse pleine de promesses, elle n’est ni dans notre atmo-sphère, ni dans la strato-sphère…elle est encore plus loin …un  autre monde, une autre sphère….mais apparemment, vous en avez déjà trouvé le chemin, puisque vous êtes là !  Espérons qu'elle les tiendra, elle, ses promesses, et longtemps... ;o)

Partager cet article

Repost 0
Zephirine - dans anciennes pages

Présentation

  • : Un petit jardin du Nord-Isère
  • Un petit jardin du Nord-Isère
  • : Un petit jardin du Nord-Isère... Pour partager, au fil des pages, l'amour des plantes et les émotions que le jardin fait naître, jour après jour, sans se lasser. En toute amitié, et avec le sourire! ;o)
  • Contact

Rechercher

Archives